BIENVENUE SUR LE SITE DE L'ASSOCIATION MAISON POUR TOUS LA MOUTONNE ! HORAIRES D'OUVERTURE : LUNDI 9H30 - 17H30, MARDI 9H30 - 17H30, MERCREDI 9H30 - 17H30, JEUDI 9H30 - 17H30, VENDREDI 9H30 - 17H30 - FERMÉ LE SAMEDI, LE DIMANCHE ET LES JOURS FÉRIÉS.
 

Programmes & objectifs

E.R.I.C – ESPACE RÉGIONAL INTERNET CITOYEN

Un Espace Régional Internet Citoyen (ERIC) est un lieu d’accès à l’Internet où sont mis à disposition des citoyens des ordinateurs connectés à l’internet pour qu’ils puissent s’initier à l’usage des Technologies d’Information et de Communication (TIC).

Le programme ERIC a été initié en décembre 2001 par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Mené en partenariat avec l’Union Européenne (programmes FEDER Actions Innovatrices puis FEDER mesure 3.8 du DOCUP objectif 2), la Préfecture de région et la Caisse des Dépôts et Consignations, il vise à accompagner l’appropriation des usages de l’internet et du multimédia au sein de la population régionale.

Les ERIC sont des lieux de proximité capables d’assurer la sensibilisation et la formation de base aux Techniques d’Information et de Communication (TIC) pour tous les citoyens, gratuitement ou à un coût modéré, avec l’intervention de ressources humaines qualifiées assurant une médiation entre les usagers et les outils. Au travers d’appels à projets, ce sont ainsi plus de 140 lieux d’accès publics (fixes, itinérants, « en étoile ») qui ont été retenus et bénéficient d’un soutien en investissement.

eric-label_tab

Objectifs :

Favoriser la démocratisation et l’appropriation des TIC par la population et les acteurs régionaux, Accompagner l’évolution progressive des ERIC en « centres locaux de ressources sur les TIC », au service des usagers et / ou d’autres ERIC et / ou de l’ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, organismes consulaires…), pour contribuer au développement numérique des territoires.


 

echanges-petit

NOTRE PHILOSOPHIE

Il s’agit, là, d’une démarche de formation réciproque, en réseaux ouverts et sans aucune comptabilité, ni liée aux savoirs, ni liée au temps. La philosophie de cette forme d’association est proche de celle des systèmes d’échanges locaux (SEL), mais se distingue par l’absence de monnaie. Si les SEL sont une alternative économique (qui a des effets pédagogiques et sociaux), les RERS sont une alternative pédagogique (qui a aussi des effets sociaux et économiques). Dans les RERS, tous les savoirs sont jugés intéressants a priori, et ne sont pas non plus hiérarchisés. Les savoirs échangés sont les savoirs personnels. La durée de l’apprentissage n’est pas comptée, seul compte l’échange de savoirs, du transmetteur vers l’apprenant et inversement.

La démarche des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs est fondée sur la réciprocité. Cette réciprocité a plusieurs dimensions :

  • c’est une réciprocité des dons, chacun étant invité à donner ses savoirs et à recevoir des savoirs. Le don crée ainsi de la valeur humaine, des relations de reconnaissance réciproque. Il affirme le droit, pour chacun, d’apporter sa contribution positive au Bien commun.
  • c’est une réciprocité instauratrice de parité : tous offreurs et demandeurs. Cette parité relationnelle est nécessaire pour l’apprentissage.
  • c’est une réciprocité formatrice. En offrant ses savoirs, le transmetteur apprend à au moins trois moments : en préparant l’offre, le transmetteur refait le parcours de ses apprentissages, réactualise ses savoirs, les réorganise, les rationalise ; en transmettant, le transmetteur reformule, on réagit à ce que vit l’apprenant, et on retravaille donc ses savoirs ; en répondant aux questions du ou des apprenants, le transmetteur a un autre point de vue sur ses propres savoirs et peut les réinterroger ou les compléter.
  • c’est une réciprocité des rôles : en vivant les deux rôles, chacun réinterroge sa façon de vivre et apprend à apprendre (dans le sens apprendre “à” et apprendre “de”).
  • c’est une réciprocité coopérative : on construit, lors des mises en relations et des échanges sur les échanges, ensemble et coopérativement, le système de formation qui nous convient : contenus, méthodes, évaluations, modalités pratiques…
  • c’est une réciprocité consciente : il est nécessaire que chacun prenne vraiment conscience de cette réciprocité relationnelle et formatrice.

tic

TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Si l’équipement des ménages en ordinateurs connectés à internet connait une croissance significative, cette progression masque des disparités importantes fondées sur une segmentation sociale et générationnelle forte. L’accès à l’emploi, aux services publics, à la formation, à la culture, à l’expression citoyenne, est de plus en plus dépendant d’une maîtrise des TIC. Une appropriation inégalitaire des TIC produit des effets discriminatoires. Elle renforce l’exclusion de personnes déjà fragilisées (seniors, personnes en situation de handicap, migrants, personnes peu qualifiées, familles monoparentales, etc.). Les actions mises en œuvre au quotidien par les ERIC contribuent à la lutte contre l’exclusion numérique, et par conséquent aux effets discriminatoires qui y sont liés. Il est alors primordial de poursuivre et d’encourager le développement au sein des ERIC d’actions favorisant une appropriation large des TIC.

Les objectifs sont :

– de lutter contre les effets discriminatoires liés à une absence de maîtrise des TIC par le développement d’une offre de services adaptée aux besoins des citoyens, en portant une attention particulière aux publics éloignés des TIC, tout en veillant à maintenir une réelle mixité sociale dans les ERIC.
– de permettre à tous les citoyens de devenir pleinement acteurs de la Société de l’Information par une sensibilisation à ses enjeux et par un accompagnement au développement des pratiques multimédia, notamment au travers de projets collectifs.
– de permettre aux acteurs qui le souhaitent d’intégrer au mieux le potentiel des TIC dans leurs pratiques professionnelles.